Toutes les actualités

STU Flash, 9 novembre 2023

Ressources humaines : intervention orale du STU, 42e session de la Conférence générale

STU/70e Conseil/23/031
9 novembre 2023

 

42e session de la Conférence générale de l'UNESCO

INTERVENTION ORALE DU SYNDICAT DU PERSONNEL DE L’UNESCO (STU)

 

Merci Monsieur le Président,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Chers collègues,

Au nom du STU, permettez-moi tout d’abord d'exprimer notre solidarité envers nos collègues qui, avec courage et sens du devoir, opèrent et défendent les idéaux de l’UNESCO dans des conditions difficiles, au cœur des zones affectées par des tensions et des conflits.

Tout au long de l’année, le STU a soulevé un grand nombre de questions concernant le bien-être et les conditions de travail du personnel de l’UNESCO, que vous trouverez exposées dans l’Addendum 42 C/49 Add.2 qui contient nos commentaires sur la stratégie des ressources humaines.

J’aimerais ici revenir sur une question que nous avons déjà affrontée lors du récent 217e Conseil exécutif, concernant l’administration de la justice interne au sein de l’UNESCO et, cela, à la lumière d’un rapport récent du Corps Commun d'inspection du système des Nations Unies intitulé « Examen des mécanismes internes de recours au stade pré-tribunal dont dispose le personnel des organisations du système des Nations Unies ».

La Recommandation n°7 encourage les Directeurs exécutifs des organisations du système des Nations Unies à ajuster d'ici la fin de l'année 2025 les cadres réglementaires de leurs organisations et à supprimer toutes les restrictions concernant la représentation juridique de leur personnel dans les processus de justice interne, dans le but de permettre à leur personnel de choisir leur conseiller juridique librement et sans restriction.

Je vous rappelle qu'actuellement les membres du personnel qui font appel d'une décision administrative ou d'une sanction disciplinaire ne peuvent être assistés au Conseil d’appel que par un autre membre actif du personnel qui n'est pas nécessairement un juriste ou un expert en droit de la fonction publique internationale. Il en résulte une "inégalité des armes" entre le membre du personnel concerné et l'Administration, cette dernière faisant appel à ses juristes de l'Office des normes internationales et des affaires juridiques. Cette inégalité défavorise inévitablement tout requérant et ajoute généralement de l'inefficacité au système.

Une recommandation informelle importante contenue dans ce rapport encourage l'Administration à identifier, pour des raisons de reddition de comptes, le gestionnaire qui a pris la décision contestée. La mise en œuvre de cette proposition par l'Administration renforcerait considérablement l'obligation de rendre compte et empêcherait les gestionnaires ayant pris des décisions administratives contestées de se soustraire à leurs responsabilités.

Selon le STU, la mise en œuvre de ces recommandations rendrait le système de justice interne non seulement plus juste et plus équitable, mais aussi plus efficace et moins coûteux pour l'Organisation.

Monsieur le Président, Excellences,

Permettez-moi de revenir sur la situation du personnel auprès de l'Institut de statistique de l'UNESCO à Montréal à propos duquel, depuis de nombreuses années, le STU exprime de sérieuses préoccupations, sans que des mesures adéquates aient été prises à ce jour pour résoudre les problèmes détectés. Le STU note avec inquiétude que le rapport de la DG ne mentionne pas une importante transformation stratégique en cours à l'ISU, ayant un impact sur le personnel. Malgré tous les efforts déployés, nous observons des changements de direction incessants qui témoignent d'un manque de vision stratégique à long terme. Ces changements ne sont pas clairement communiqués au personnel, ce qui génère de l'anxiété et de la démotivation, à un moment où les attentes concernant la fourniture de statistiques de qualité aux États membres se font pressantes.

Cet Institut est-il capable d'attirer et de retenir les talents, et de promouvoir une culture organisationnelle de responsabilité et de bien-être ? Une réduction drastique du personnel et des délais trop longs pour recruter de nouveaux talents, avec trop de postes restant vacants pendant des années en dépit d'un besoin prétendument urgent, semblent suggérer que ce n'est pas le cas.

La situation à l'ISU de Montréal illustre bien les défis auxquels nous sommes confrontés lorsque d'importantes transformations sont peu ou mal gouvernées, qui se manifestent par des attentes disproportionnées placées sur un effectif en baisse ou de la proportion toujours croissante du personnel affilié. Les statistiques sont impitoyables à cet égard : alors qu'au 1er janvier 2023, le personnel affilié de l'UNESCO (sous contrats temporaires) représentait 51% des effectifs, en juin dernier, le pourcentage de personnel affilié s'élevait à 58% de l'effectif total de l'Organisation.

Une transformation aussi rapide alarme le STU et appelle à un examen approfondi de son impact sur le fonctionnement d'une agence spécialisée comme la nôtre. Les économies et la flexibilité ne peuvent pas être les seuls critères qui nous guident dans cette transformation complexe, alors que de nombreux titulaires de contrats temporaires, travaillant depuis de nombreuses années avec l’UNESCO, attendent la régularisation de leur situation et que nous attendons que la nouvelle Stratégie des ressources humaines affronte concrètement la question du développement de carrière, en particulier pour le personnel recruté localement, qui est souvent privé de cette possibilité en dépit d'une augmentation constante des responsabilités et des attentes.

Le STU ne peut que réitérer sa volonté de contribuer à toute réflexion approfondie sur ces questions.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, chers collègues,

Je voudrais terminer cette intervention sur une note positive. Comme vous le savez, dans le cadre de la restructuration qui a suivi la crise financière causée par le non-paiement de leur contribution annuelle par les Etats-Unis depuis 2011, plusieurs collègues ont été redéployés à des postes de grade inférieur. 10 ans plus tard, il restait encore quelques collègues dans cette situation injuste et frustrante, et grâce à un dialogue constructif entre le STU et l'Administration, ils retrouveront leur grade de 2014 à partir de janvier 2024. Il ne pouvait pas y avoir pour nous de meilleure façon de célébrer le retour des Etats-Unis à l'UNESCO, et nous tenons à en remercier publiquement l'Administration.

Au nom du STU, je vous remercie de votre attention.